Poèmes

Hymne à la vie


La Vie est une chance, saisis-la.

La Vie est beauté, admire-la.

La Vie est béatitude, savoure-la.

La Vie est un rêve, fais-en une réalité.

La Vie est un défi, fais-lui face.

La Vie est un devoir, accomplis-le.

La Vie est un jeu, joue-le.

La Vie est précieuse, prends-en soin.

La Vie est une richesse, conserve-la.

La Vie est amour, jouis-en.

La Vie est mystère, perce-le.

La Vie est promesse, remplis-la.

La Vie est tristesse, surmonte-la.

La Vie est un hymne, chante-le.

La Vie est un combat, accepte-le.

La Vie est une tragédie, prends-la à bras le corps.

La Vie est une aventure, ose-la.

La Vie est un bonheur, mérite-le.

La Vie est la Vie, défends-la.

Mère Teresa

Le Manger et le Boire


Alors un vieil homme, tenancier d'une auberge, dit :

Parlez-nous du Manger et du Boire.

Et il dit :

Puissiez-vous vivre du parfum de la terre, et comme une plante vous sustenter de lumière.

Mais puisque vous devez tuer pour manger, et ravir au nouveau-né le lait de sa mère pour étancher votre soif, faites-en donc un acte de dévotion,

Et que votre table soit un autel sur lequel les purs et les innocents de la forêt et de la plaine sont sacrifiés pour ce qui est plus pur et plus innocent en l'homme.

Lorsque vous tuez une bête, dites-lui en votre coeur :

"Par la même puissance qui t'immole, moi aussi je suis immolé ; et moi aussi je serai dévoré.

Car la loi qui t'a livrée entre mes mains me livrera entre des mains plus puissantes.

Ton sang et mon sang ne sont que la sève qui nourrit l'arbre du ciel."

Et lorsque vous mordez une pomme à pleines dents, dites-lui en votre coeur :

"Tes semences vivront en mon corps,

Et les bourgeons de tes lendemains fleuriront dans mon coeur,

Et ton parfum sera mon haleine,

Et ensemble nous nous réjouirons en toutes saisons."

Et à l'automne, lorsque vous cueillez le raisin de vos vignes pour le pressoir, dites en votre coeur :

"Moi aussi je suis une vigne et mon fruit sera cueilli pour le pressoir,

Et comme du vin nouveau je serai placé dans des vases éternels."

Et en hiver, lorsque vous tirez le vin, qu'il y ait en votre coeur un chant pour chaque coupe ;

Et qu'il y ait dans le chant une pensée pour les jours d'automne, et pour la vigne, et pour le pressoir.

Khalil Gibran

 

Les enfants


Vos enfants ne sont pas vos enfants.

Ils sont les fils et les filles de l’appel de la Vie à elle-même.

Ils viennent à travers vous mais non de vous.

Et bien qu’ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.

Vous pouvez leur donner votre amour mais non point vos pensées,

Car ils ont leurs propres pensées.

Vous pouvez accueillir leurs corps mais pas leurs âmes,

Car leurs âmes habitent la maison de demain, que vous ne pouvez visiter, pas même dans vos rêves.

Vous pouvez vous efforcer d’être comme eux, mais ne tentez pas de les faire comme vous.

Car la vie ne va pas en arrière, ni ne s’attarde avec hier.

Vous êtes les arcs par qui vos enfants, comme des flèches vivantes, sont projetés.

L’Archer voit le but sur le chemin de l’infini, et Il vous tend de Sa puissance pour que Ses flèches puissent voler vite et loin.

Que votre tension par la main de l’Archer soit pour la joie ;

Car de même qu’Il aime la flèche qui vole, Il aime l’arc qui est stable.

                                                                                                                                        Khalil Gibran "Le Prophète"